Nouvelle toile sans titre

La voici, en format 60M, même hauteur que L’Instant Silence, mais une largeur plus mince (marine).
Elle représente un méli-mélo de tressage de têtes d’ail. Cela pourrait faire son titre d’ailleurs !

Étape première, positionnement des ombres, jus foncé Brun Transparent Rowney + Gris de Payne. Le brun rougeâtre et le bleuté du gris forment un noir assez doux, forcément très dilué au départ.

preparation-coeur-dete-1

preparation-coeur-dete-2

La blouse bleue – commencement

Une blouse bleue laissée sur le dossier d’une chaise après la concentration.
Nouvelle toile, plus intimiste, plus personnelle, qui donne déjà son identité, son atmosphère. Les ombres et la lumière se faufilent derrière et sur les sujets du tableau.
(Interprétation d’après une photo de Roberto de Andrade)

Je pense l’appeler « L’instant Silence ». Comme la pose Thé, la pose Café, la pose Petit Tour dans le Jardin, la pose Relaxation. Mais toujours en silence pour ne pas réveiller les chats. La blouse est laissée là, négligemment sur la chaise, la lumière chaude de l’extérieur entre doucement comme une caresse. J’aime ces instants-là.
En voici le commencement, ce que l’on appelle : le jus.

preparation-toile-lablousebleue-1r

« L’instant Silence » – 130×81 cm (60M)

A l’atelier – Toile en attente et préparation des glacis

« Cœur de pétales » n’est pas terminée. Commencée depuis 15 jours déjà elle prend forme peu à peu.

preparation-coeur-petale-pivoine-toile

… commencer à placer les volumes, les couleurs. Lui donner une atmosphère. La peindre à l’envers, pourquoi pas ? Elle donnera un autre langage.

preparation-pivoine-petale-glacis

Le moment du séchage est important, avant tous les glacis. Donc dans quelques jours, je pourrai approfondir et illuminer certaines couleurs, quelques endroits importants. Mais surtout la revoir avec un œil neuf et lui donner son éclat. Et en vertical, elle me plait aussi !

« Cœur de Pétales » – 60×120 cm

Le glacis : voir mon blog « Comment faire un glacis »

ATELIER de Doro.T – Thème « Cœur de pétales »

Atelier Doro.T _ Thème « Cœur de Pétales »

L’automne est à son apogée, les feuilles tombent au moindre vent, laissant la lumière entrer un peu plus loin dans l’atelier. Je me sens d’humeur à peindre des fleurs. Ce thème ne m’a jamais vraiment quittée. Il y a juste 10 ans, j’exposais à Gordes une vingtaine de toiles de fleurs. Exposition aux Pénitents Blancs, avec le peintre fresquiste Hazlo. Un franc succès.

Depuis, j’ai plutôt orienté mes choix de thèmes vers les pierres, les ruines, les endroits inhabités mais empreints d’une âme.
La couleur me manque en figuratif. Alors les fleurs reviennent. Voici un début de toile, 60×120 cm, à l’huile. Le cœur d’une pivoine. Le titre n’est pas encore trouvé.

doro-toile-pivoine-1-oct16

AUTOMNE A GORDES (LUBERON)

La saison estivale tire à sa fin et déjà l’air s’emplit d’une certaine quiétude, d’une lenteur, encore sous l’emprise de la chaleur.
La galerie Ocre Rouge est plus calme, plus clairsemée. Les céramiques de Boris CAPPE prendront le chemin de Lyon, aux Tupiniers, le week-end prochain.
Puis je ré-intégrerai doucement l’atelier, qui me manque.

L’odeur de l’essence térébenthine, de l’huile de lin, de la lavande Aspic, des médiums, va envahir l’espace dès le mois d’octobre. Un mois magique, où les couleurs d’automne se mêlent à celles de la terre d’Ocre d’ici ; les pierres blanches prendront une teinte légèrement rosée ou orangée, et les ombres s’étendront dans des teintes de gris de Payne et de violet.. Magique !

A très vite !…

Gordes, le village

 

PROJET POUR CET HIVER

STAGE PEINTURE EN PROVENCE – OCTOBRE – GORDES

STAGE INITIATION A LA PEINTURE A L’HUILE

Du 23 au 28 OCTOBRE… Une première partie, sur « Couleurs et ses harmonies » puis enchainement sur la peinture à l’huile. Un stage complet et dense pour débutants dans la technique de l’huile (vacances de Toussaint).

Le matériel est compris (peinture, support, médiums, etc..)
Ne pas hésiter à me contacter à la Galerie Ocre Rouge au 04 90 72 06 51 ou sur le portable 06 88 64 03 26 ou par email à dorotheepeintre@gmail.com

Le stage se passe soit à l’atelier de Doro.T, soit en partenariat avec les chambres d’hôtes « Les Balcons du Luberon » où Etienne Marty nous propose sa table d’hôte et un espace pour composer le stage de peinture.

BalconsduLuberon-stageDoroT

STAGE PEINTURE EN PROVENCE – GORDES

StagesDoroT-2016-2R
Depuis 1990, je n’ai cessé de transmettre mon savoir dans toutes les techniques de peinture. Particulièrement la peinture à l’huile, mais également le pastel et les techniques que l’on dit « mixtes » car elles associent différents procédés pour réaliser une création unique.
Durant 18 ans dans des ateliers adultes et ados en association, puis en cours et stages dans mon propre atelier.
C’est à GORDES, dans cette belle vallée du Luberon en Provence, où j’ai mon atelier, je vous propose plusieurs formules de stages de peinture ou de cours privés personnalisés.

 

Un stage PASTEL peut se faire si la demande est suffisante.

Inscriptions en cours. ATTENTION : nombre limité de participants.
Prévoir un certain temps à l’avance afin de réserver les chambres d’hôtes. Je suis en partenariat avec « Les Balcons du Luberon » à Gordes, à quelques mètres du centre du village. Un accueil chaleureux et respectueux et un cadre exceptionnel, avec vue sur la vallée, magnifique. Les stages peuvent se faire sur place.

Porte-Bleue-Roussillon-RPorte bleue – Roussillon

COMMENT COMMENCER UNE PEINTURE A L’HUILE ?

tube de peinture, huile, pinceau, bonbonEn réponse à tous ceux qui se posent la question, voici mes suggestions.
Elles sont personnelles, tirées de diverses expériences et certainement pratiquées par de nombreux peintres .
D’autres réflexions sont issues du livre de Xavier de Langlais, avec qui je suis tout à fait en accord sur bon nombre de sujets !

Je vous invite aussi à lire d’autres conseils aussi importants sur l’huile, l’acrylique, etc.. sur les autres billets, ainsi que tous les commentaires ci-dessous.

Plusieurs solutions, à vous de choisir celle qui vous convient le mieux :

Sur un chassis/toile, déjà préparé, c’est à dire avec la toile apprêtée blanche :

FAIRE LE DESSIN :

. soit au graphite ou fusain (ce que je ne conseille pas). En peignant dessus, soit il disparait, soit il « salit » de gris la peinture (ce qui n’est pas très embêtant, mais quand on aime le travail propre, ça gène !) A moins de passer doucement un chiffon pour éliminer les traces de particules noires.
. soit à la sanguine (ce que je fais très souvent). Passer ensuite un chiffon pour l’estomper et retirer la poudre du crayon. Une couleur rougeâtre colorera un peu la peinture dessus, sans conséquence
. soit directement au pinceau avec de la peinture à l’huile très diluée à l’essence (un jus)
. soit pas de dessin de suite !

PREPARER UN JUS :

Le jus, est un peu de peinture à l’huile diluée à l’essence – de façon à faire un jus aquarellé. Souvent, l’ocre est la couleur de base, neutre. Passer ce jus partout sur la toile, à l’aide d’un gros pinceau brosse (soie de porc). Ça coule, tant pis, on essuie au chiffon… il faut que l’on voit encore le dessin dessous (s’il a été fait au crayon). Ceci prépare bien la prochaine couche de peinture, légèrement plus grasse.

Soit, vous pouvez passer ce jus d’abord puis faire votre dessin dessus quand il est sec.
1- Faire le dessin comme précédemment, à la méthode de votre choix, puis…
2- Préparer les différentes couleurs composant votre sujet. Elles seront posées sur la toile, de façon également comme un « jus », léger, aquarellé, dilué à la térébenthine.

Ces couleurs seront approchantes des couleurs définitives, ( PAS LES DEFINITIVES !!).
Si vous avez à mettre plus tard, un rouge foncé, carmin p.ex., mettez un magenta dilué. Si vous avez un orange, mettez un rouge vermillon ou jaune de cadmium moyen, dilué. Elles vous aideront visuellement à vous rendre compte de l’équilibre chromatique de votre tableau.

Lorsque toute la toile est recouverte de ce jus coloré, prenez votre toile, et placez-vous devant un miroir (voilà pourquoi il y a toujours un miroir ou des glaces, dans un atelier de peinture !) Vous observez alors si les couleurs sont bien placées, si l’harmonie vous plait, si le dessin est bon ! rectifiez si nécessaire.

L’EBAUCHE DU DESSIN AVEC OU APRES LE JUS

Elle a une importance primordiale. Cela premièrement, du côté technique. A l’aide du « jus » précédent, le dessin prépare l’œil au sujet tout en préparant ‘l’accroche’ des couches suivantes, elle nourrit la toile.

Ces bases sont faites à la PEINTURE A L’HUILE. Vous pouvez également faire votre fond préparatoire, à l’ACRYLIQUE.
Vous procédez de la même manière pour le dessin, simplement vous remplacez la peinture à l’huile par de la peinture acrylique si votre fond est fait à l’acrylique.

SUITE DU TRAVAIL SUR TOILE

Vous pourrez alors sur l’acrylique sèche, continuer à la peinture à l’huile. Dans ce cas, les techniques sont possibles et compatibles.

NE JAMAIS POSER DE L’ACRYLIQUE SUR DE LA PEINTURE A L’HUILE. Pourquoi ?
Que votre couche d’huile soit épaisse ou fine, il lui faudra un « certain » temps de séchage. Elle ne sera sèche à cœur qu’après un certain laps de temps. Donc, si vous posez dessus (sur la très fine pellicule sèche) de la peinture acrylique, qui elle, sèchera très vite, l’ensemble en séchant peu à peu à fond, va plisser, craqueler, faire « peau d’orange » comme on dit !! et c’est la catastrophe !

C’est pour cela qu’en peinture à l’huile, une loi est très importante : IL FAUT TOUJOURS PEINDRE GRAS SUR MAIGRE.
La couche de dessous doit être moins grasse que celle de dessus. On commence donc un tableau soit en jus à l’essence + peinture à l’huile (expliqué ci-dessus), soit à l’acrylique. Puis les couches suivantes, seront avec de l’huile de lin + peinture à l’huile. En très petite quantité au départ, puis si nécessaire, avec un peu plus après.

C’est pour cette raison que les glacis, venant en phase terminale du tableau, sont bien plus gras, soit en huile, soit en médium, que les couches précédentes. (voir chapitre Glacis dans ce blog)

PINCEAUX EMPLOYÉS :

En début de tableau, privilégiez les brosses en soies de porc. Les poils blancs, durs. Les formes « langue de chat » ou « plate » sont plus pratiques. Puis au fur et à mesure de l’avancement du tableau, soit vous optez pour des poils en mangouste, plus doux et souples, réalisant des fondus intéressants, sans traces de coups de pinceaux. Soit vous restez aux poils de porcs, auquel cas les marques du pinceau seront plus visibles. C’est selon ses propres goûts.

TECHNIQUE AU COUTEAU :

Si vous optez pour cette technique plutôt qu’avec un pinceau, vous ferez le « jus » puis une première couche maigre au pinceau, avant de commencer au couteau.
C’est tout au moins, ce que je recommande, plutôt que de commencer directement au couteau !

N’hésitez pas à poser des questions, à donner vos propres conseils, et LIRE LES COMMENTAIRES... suite à Comment peindre une peinture à l’huile ? questions/réponses